Les rencontres du RESEAU Ecobatir

 

Printemps 2018 – Date : 25-26-27 mai

Lieux : En Ardèche, Hameau du Viel Audon
S’inscrire via HelloassoConsulter le programme

Nous vous espérons nombreux, adhérents ou non en Ardèche fin mai

En pratique

Le nombre des inscriptions minimum est  atteint.  Merci aux premiers inscrits de nous avoir permis de confirmer  la réservation du Viel Audon.

N’oubliez pas :  Les repas sont cuisinés par les bénévoles et participants des rencontres pour faire baisser les coûts des AG.  Nous vous demandons cette fois-ci de participer en apportant les desserts et/ou des confitures pour les petit-déjeuners   ! Merci d’avance

Bien entendu, il est toujours possible de nous rejoindre. Remplissez et/ou envoyez le bulletin papier à  mhravereau07@gmail.com

Merci de privilégier Helloasso ou le paiement par virement , sinon se signaler sur place.

S’inscrire (par défaut via le site helloasso) – inclut la réservation et le paiement en ligne
S’inscrire (méthode alternative sans helloasso) –
Pour les amateurs de transports en commun : Horaires ligne 15 de bus   Horaires ligne 73 de bus  Horaire ligne 76 de bus


Pour le COVOITURAGE : (Le 24 mai est un jour de grève SNCF)

un trajet a été créé:  http://www.movewiz.fr/participation?PMW=99AVXUzscAiZM3080

Prévoir sac de couchage, pulls, tente de camping, serviette de bain, vêtements étanches et protections en cas de pluie, car il y aura des allers et retours à faire entre différents espaces extérieurs. N’oubliez pas non plus vos maillots de bain. Il peut faire très beau et chaud comme venteux, pluvieux et/ou frais

Pour plus de détail sur le déroulement des rencontres : le programme illustré des rencontres

Comment se déroulent les rencontres

Le RÉSEAU écobâtir se réunit en assemblée générale deux fois par an dans une région de France différente. Ces rencontres ouvertes à tous sont organisées par un membre de cette région.

Les rencontres permettent de se rencontrer, d’échanger et de connaître les nouveaux membres. Elles constituent l’essentiel de l’activité du réseau. S’y discutent aussi bien des questions liées au fonctionnement ou aux décisions du réseau que des réflexions plus générales, ceci sans omettre les moments conviviaux des repas et des veillées.

Une partie des rencontres est généralement consacrée à un débat thématique avec des interventions préparées sur un thème en lien avec le réseau (restaurations bâtis anciens, lotissements – habitat et étalement urbain, pratiques sociales de l’écoconstruction……). Ces débats thématiques permettent d’accueillir des intervenant(e)s et participant(e)s extérieur(e)s au réseau.

Le déroulement courant de la suite des rencontres comporte une demi-journée pour débattre des questions de fonctionnement interne. Une autre demi-journée permet de faire le point sur la production des ateliers par des réunions en groupe de travail. La dernière demi-journée est généralement consacrée à l’AG statutaire qui permet la prise de décision collégiale sur ce qui concerne les orientations et le fonctionnement du réseau. Un travail en ateliers thématiques trouve sa place dans chaque rencontre.

Sujet de la thématique : Vernaculaire !

crédit photo : Xavier Pages

En tant que culture de l’économie du lieu, de la suffisance tempérée, de la relation à l’autre et d’un art de vivre affranchi aux marges de l’industrialisme, le vernaculaire concerne frontalement le quotidien de centaines de millions d’humains, voire quelques milliards.
Car la problématique du vernaculaire est contemporaine, planétaire et potentiellement résistante. Si elle renvoie spontanément à un passé ou aux pays dits « en développement » elle regarde à plus d’un titre les territoires industrialisés en devoir de remettre en question leur modèle de société.
Comment alors se nourrir aujourd’hui du vernaculaire pour ouvrir à un « local universel » ou à une « universalité située » afin de sortir par le haut d’une modernité en impasse ; comment construire une communauté de destins à partir des racines singulières des entités humaines qui forment le tout et contester l’adhésion décontextualisée de ces identités au modèle unique.

Pour notre compte, nous pourrions alors engager nos réflexions sur un axe prospectif tel que : « vernaculaire ici, là bas, après … »

Le vernaculaire ou comment définir un insaisissable collectif ?

Si la notion de vernaculaire est polysémique, voire très floue, elle n’en fédère pas moins des acteurs hétéroclites engagés dans la contestation des dérives et inconvénients de la société dans laquelle nous vivons.
A quelles peurs, à quelles pertes, à quels désirs répond donc ce concept ?
Identifier ce dont nous ne voulons pas peut-il nous aider à mieux concevoir ce que nous voulons ?

Le vernaculaire peut-il faire l’économie du marché ?

Le vernaculaire vise à répondre aux besoins d’usage immédiats de ceux qui le pratiquent (habitat, mais plus largement activités humaines nécessaires) ; il désigne « l’inverse d’une marchandise » (Ivan Illich) c’est-à-dire ce qui est réalisé pour son usage propre ou celui de sa maisonnée (le domus romain), sans production de biens en vue d’une mise sur le marché. Pour autant, peut-il faire l’économie du marché, est-ce souhaitable, et quelles sont les articulations possibles entre ces deux champs de l’économie?

Le vernaculaire pour inquiéter le productivisme ?

L’économie dominante se caractérise par la primauté de l’emploi sur le métier, la déqualification contre le savoir-faire et la subordination entière des acteurs à leurs conditions de travail sur lesquelles ils peinent à agir.
Ce modèle verrouillant le rapport travail/argent est-il fatal ou peut-on envisager des modes non – ou peu – monétarisés de valorisation du travail ?
Comment extrapoler du système vernaculaire un « indicateur d’utilité sociale » pouvant conduire à d’autres rapports de production ?
Comment remettre des affects dans la sphère marchande ?

Vernaculaire et déprise technologique

Sous couvert d’un certain mieux vivre, le progrès technologique nous équipe volontiers de mécanismes, machines et dispositifs à la convivialité souvent équivoque.
Comment « vernaculariser » nos outils, techniques et modes opératoires pour avoir prise sur leur emploi et une meilleure satisfaction d’usage ?
L’idée d’une productivité augmentée par des outils maitrisés et au service de plus de temps libre peut-elle devenir une utopie concrète ?

Le vernaculaire, alternative au tentaculaire ?

Parce que le vernaculaire s’inscrit dans la sphère domestique, privée, il est moins soumis aux normes (assurantielles, réglementaires …) et donne à celui qui le pratique une plus grande autonomie financière, d’entretien et d’intervention dans le temps pour s’adapter à ses usages.
Ces bonifications sont-elles pertinentes à toutes les échelles de projets ?
Comment les incorporer dans les pratiques professionnelles contractualisées ?

Le vernaculaire porte-t-il un avenir politique ?

Façonner son rapport au monde en privilégiant les ressources et les rapports humains locaux garants de sincérité, plutôt que recourir aux solutions tenant du commerce au loin et de son opacité, reste un choix citoyen qui peine à trouver un relai politique.
Comment corrompre les archétypes consuméristes et accumulatifs à partir de la grille des valeurs vernaculaires ?
En tant que système indissociablement économique, social et culturel, le modèle vernaculaire peut-il participer à fonder de réels projets d’écologie politique ?

Modalités

Nous nous appuierons sur des exemples concrets pour nourrir notre réflexion.

Les précédentes rencontres

Date

Lieu et Thematique

Nov 2017 Château de Ligoure (Limousin) – La culture vivante de l’anarchisme en Limousin et ailleurs – 

  • A venir
Mai 2017 Sainte Croix (Drôme) – Accueil des migrants : De l’urgence à l’émancipation – 

compte rendu public des rencontres

Nov 2016 Monteneuf (Bretagne) Création de valeurs, création de richesse

Compte rendu public des rencontres

Mai 2016Dome Geneve (suisse) Résistance et implication citoyenne

Compte rendu public des rencontres

Novembre 2015themebois2 Saint Laurent du Pont (38) Les bois de pays

Compte rendu public des rencontres

Mai 2015atelier31 Menetou-Salon (18) façonnons l’outil plutôt qu’il ne nous façonne

Compte rendu public des rencontres

Novembre 2014paris Paris (75) De l’écologie en territoire urbain et des moyens de s’en emparer

Compte rendu public des rencontres

Mai 2014pierrefontaine Pierrefontaine-les-Varans (25) Second oeuvre, misère écologique et sociale

  •  Le second oeuvre: misère écologique et sociale ?
  • OS & CM & fin du chantier (OS ouvrier spécialisé*, CM cache-misère)
  • Atelier 1 :
  • 27 Atelier 2: habiter l’isolant/ habiter l’isolé
  • 27 Atelier 3, relation entre gros œuvre et second œuvre

Compte rendu public des rencontres

Novembre 2013lathus Lathus (86) Formation et écoconstruction

  • Dé-formation, trans-mission
  • Détournement sémantique et guérilla locale
  • Méconnaissance de la terre – Quelle formation pour les archis, les ingénieurs et les contrôleurs techniques ?
  • Transmission, les finitions comme protection du bâti
  • Formation ou transmission
  • La formation longue qualifiante en écoconstruction – retour d’expériences
  • Dispositif…formation…formateur
  • Quelles perspectives pour des recherches en sciences humaines au service des praticiens, formateurs et professionnels ?

Compte rendu public des rencontres

Mai 2013anglet Anglet (64) Systèmes d’Analyse Multicritères

  • Approche Multicritères /Bâtiment Durable Armoricain
  • L’analyse multi critères au niveau de l’énergie
  • Analyse multicritère et statactivisme : un autre nombre est possible
  • Mesurer la résilience des territoires…
  • De la véritable utilité des indicateurs !
  • Dépasser le multi cri/taire

Compte rendu public des rencontres

Novembre 2012presentation_Fossoy Fossoy (02) Risques Naturels et cultures constructives

  • Les gingerbread face aux séismes en Haïti
  • Gérer les risques naturels en Amérique Centrale
  • Les travaux de l’université de Ravello sur l’adaptation des techniques constructives en zone sismique
  • Évolution de la réglementation sismique en France
  • Exemple d’une grange para-sismique en Midi-Pyrénées

Compte rendu public des rencontres

Juin 2012Vue_general_Gabion Embrun(05) La précarité énergétique

  • Précarité et étalement urbain
  • Quels outils de planification urbaine ?
  • Le lambda de la Quetchua
  • De l’approche énergétique comme outil de réappropriation du logement social par ses usagers

Compte rendu public des rencontres

Novembre 2011houvre Pont l’Évêque (14) Les Systèmes de Garantie et d’Amélioration Participatifs

  • Les systèmes assuranciels en France et en Suisse
  • Les pratiques de Nature et Progrès et l’expérience de MINGA
  • Projet d’un SGAP pour le bâtiment écologique, par l’ARPE Basse Normandie
  • Démarche BDA (Bâtiment Durable Armoricain), par l’association Approche
  • L’Analyse des Systèmes Constructifs Non Industrialisés (ASCNI)
  • Colloque « Sortir de l’industrialisme »

Compte rendu public des rencontres

Juin 2011Dome Genève (Suisse) Coopératives d’habitation et habitat groupé, une expérimentation politique du vivre ensemble

  • Les Coopératives d’habitation et l’habitat groupé en Suisse et en France : une mise en perspective culturelle et politique
  • Retour d’expérience : la coopérative Mill’O de Genève
  • L’habitat coopératif : une vue de l’intérieur
  • L’effet survirage contre l’effondrement environnemental
  • Habitat groupé contre la spéculation : fantasme, réalité prosaïque ou… ?
  • 5 mn pour saisir la destruction du commun
  • Habitat groupé et coopératives, une expérimentation politique du vivre ensemble
  • Le vivre ensemble

Compte rendu public des rencontres

Novembre 2010bateaubus Lorient (56) Le mirage technologique

  • « Complètement sans l’accomplissement est utile, Achèvement sans être achevé est désirable »

Compte rendu public des rencontres

Mai 2010reloc Saint-Romain en Livradois-Forez (63) Relocaliser l’économie : Filières courtes, économie endogène, utilisation des matériaux locaux , valorisation des savoirs et de leur transmission …;

  • Projet de Charte 2010/2012 pour le Parc du Livradois-Forez
  • Survol des 5000 dernières années en économie
  • L’association développement Animation Sud Auvergne
  • Journal d’un menuisier de campagne
  • Rapprocher l’économie des hommes et des territoires….. et non plus l’inverse
  • Eco-construire, ne faut-il pas… ?
  • Dissonner pour incarner la coalescence et la concaténation : énergie/libido/iniquité
  • La valeur travail, une version non sarkozienne de la question – Relocaliser l’économie, territorialiser le travail

Compte rendu public des rencontres

Novembre 2009Image 2 Sainte-Croix-Montluel (01) Le réseau comme outil social, efficace et convivial de transformation de soi et de la société 

  • Histoire et préhistoire du RÉSEAU écobâtir
  • Réseau et Citoyenneté
  • Relations élus/associations
  • Globe 21, un réseau d’entreprises en éco-construction
  • Passer du Réseau virtuel au Réseau abouti
  • Les AMAP : Urbanisation et mise en réseau
  • Les coopératives d’habitants : une innovation citoyenne
  • Association et Réseau
  • Réseau, Maillage, Maïeutique

Compte rendu public des rencontres

Mai 2009 Guéret (23) Les Analyses du Cycle de Vie des matériaux (ACV)

  • Le Feuilleton PVC
  • Les ACV
  • De quoi parle-ton?
  • Historique et utilisation raisonnée des données ACV appliquées à la construction
  • La Norme NF en ISO 14-044 relative aux ACV
  • Des indicateurs pour l’éco-construction
  • Les éco-matériaux en France:état des lieux et enjeux de la rénovation thermique des logements

Compte rendu public des rencontres

Décembre 2008 Saint-Etienne (42) Ecoconstruire la ville

  • L’ENSASE
  • Écoconstruire la ville ?
  • Un an d’Etablissement Public d’Aménagement à Saint-Etienne
  • La Ville une programmation génétique ou conséquence de l’abondance alimentaire ?
  • La ville comme fondement du jeu
  • Rapports Ville-Campagne
  • Petit plaidoyer pour une ruralité réhabilitée … en ville s’il le faut.
  • En villes
  • Eco construire la ville … En partant des habitants ?
  • Écoconstruire la ville ? Écoconstruire la banlieue ?

Compte rendu public des rencontres

Mai 2008 Noyant-La Gravoyère (49) Réhabilitation de l’habitat : Quels objectifs ? Quels moyens ?

  • Super U relève le défi du facteur 4
  • État des lieux de la réhabilitation
  • Témoignage d’un chantier un terre crue
  • Situation après Grenelle et prochaines échéances concernant la réhabilitation du bâti ancien

Compte rendu public des rencontres

Novembre 2007 Puycasquier (32) Le logement social écologique
Mai 2007 La Roquette -Maulezon (48) Les normes : pièges ou solutions ? Quelle stratégie adopter ?
Novembre 2006 Landrethun-le-Nord (62)  L’auto éco-construction
Mai 2006 Bazouges-sous-Hédé (35)  Habitat groupé et éco-construction
Décembre 2005 Belleville-sur-Saone (69) La formation
Juin 2005 Publier (74)  Eco-construction et industrie
Novembre 2004 Saint-Denis (93)  Les pratiques sociales dans l’éco-construction
Mai 2004 Cernebiaud (39) Habitat et territoire (pas de compte rendu)
Novembre 2003 Figanières (83) Les acteurs de la construction
Juin 2003 Toulouse (31)  L’écoconstruction au niveau de la ville
Novembre 2002 Charavines (38)  Le confort thermique
Mai 2002 Carhaix (29) Pas de compte-rendu des rencontres
Novembre 2001 Bonneuil Matour (86)  Compte-rendu des rencontres
Mars 2001 Wormhout (59)  Compte-rendu des rencontres
Octobre 2000 Embrun (05)  Compte-rendu AG
Mai 1999 Lyon (69)  Compte-rendu des rencontres terre